Accueil

Actuellement

La Beauté des Lignes

Walker Evans (1903-1975, États-Unis) Ossining (People in Summer, NY State Town), 1931 © Walker Evans Archive, The Metropolitan Museum of Art

Exposition de photographies
Du 15 septembre au 2 décembre 2018
À la Ferme Ornée  – Propriété Caillebotte

Après les peintures et sculptures de La porte des rêves, un regard symboliste, c’est une exposition de photographies qui s’installe à la Ferme Ornée.
Des clichés issus de la prestigieuse collection de Sondra Gilman et Celso Gonzalez-Falla. Ce couple New Yorkais collectionne près de 9000 tirages des plus grands photographes des XXe et XXIe siècles. 126 d’entre eux seront exposés à la Ferme Ornée.

Une collection unique
Le couple Gilman – Gonzalez-Falla, Américains amoureux de la France, a commencé à acquérir des photographies dans les années 70. À cette époque, le couple découvre les clichés de Eugène Atget, photographe français : une révélation, qui les pousse à constituer une collection unique au monde, en achetant par goût, sans se soucier de la cote du photographe. Une démarche qui permet de retracer l’histoire de la photographie et de jauger de l’importance de la force des images selon leurs époques.

La ligne comme élément clé
La ligne constitue la base de la composition photographique. Le plus souvent, face à la photographie, le spectateur observe tout d’abord le monde qui lui est donné à voir. Il scrute le visage ou le paysage et s’émerveille des détails, jusqu’à parfois oublier qu’il se trouve
face à une feuille de papier, aussi plate qu’une page de livre : il risque de ne pas voir les lignes – droites, courbes, obliques – qui constituent pourtant la base de la composition photographique.
Confronté aux oeuvres qui sont exposées cet automne à la Ferme Ornée, le visiteur est invité à expérimenter la puissance de la ligne photographique.

Une exposition en trois temps
Droites, courbes, abstractions : l’exposition est divisée en plusieurs sections autour du thème des lignes. Au cours de l’histoire, les photographes n’ont en effet cessé d’osciller entre deux tendances : l’illusion de la réalité et la mise en valeur des qualités plastiques de l’image. Qu’il s’agisse de “lignes instantanées”, selon l’expression d’Henri Cartier-Bresson, de lignes rationnelles inspirées des New Topographics ou de la diversité des lignes courbes du corps humain, le tracé structure et parfois réinvente le réel, jusqu’à l’abstraction.
En confrontant des oeuvres d’artistes tels que Stéphane Couturier, Hiroshi Sugimoto, Lewis Baltz et Robert Adams, la première section de l’exposition attire le regard sur l’importance des lignes de force de l’image et du sentiment qui se dégage lorsque celles-ci sont strictement parallèles ou, au contraire, en apparence du moins, plus spontanées.
Les oeuvres d’Edward Weston, de Bill Brandt, d’André Kertész, de Robert Mapplethorpe, de Leon Levinstein et de Berenice Abbott, montrent que la ligne courbe dessine tous les corps, masculins et féminins, photographiés dans leur entier ou en détail.
Enfin, la dernière section de l’exposition réunit des photographies d’Aaron Siskind, de Minor White, de Ray K. Metzker et d’Harry Callahan, dont la référence au réel se perd, laissant d’abord voir les lignes d’abstraction de l’image.

>> À la Ferme Ornée, du mardi au dimanche et jours fériés de 14h à 18h30. Tarifs : 8 € (3 € pour les Yerrois). Billet couplé Ferme Ornée et Maison Caillebotte : 10 € (5 € pour les Yerrois). Gratuit pour les moins de 16 ans et personnes handicapées.

>> Téléchargez le dossier de presse en cliquant ici

>> Consultez les retours médias :

  • L’Oeil de la photographie (septembre 2018) : ici
  • La semaine de l’Ile de France (4 septembre 2018) : ici
  • PhotoTrend (14 septembre 2018) : ici
  • Madame Figaro (14/15 septembre 2018) : ici
  • L’Humanité (18 septembre 2018) : ici

Cig Harvey_The Pale Yellow Cadillac, Sadie, Portland, Maine, 2010 © Cig Harvey

Robert Wehrlin (1903-1964)

AFFICHE ROBERT WEHRLINDu 8 septembre au 28 octobre 2018
À l’Orangerie – Propriété Caillebotte

Le peintre suisse Robert Wehrlin, encore méconnu en France, ouvre la saison des expositions à l’Orangerie.
Sans être une rétrospective, l’exposition de l’Orangerie retrace le cheminement de ce peintre expressionniste qui a vécu et travaillé à Paris toute sa vie, dans la mouvance de l’École « suisse » de Paris (notion qui désigne les artistes qui se sont manifestés à Paris au XXe siècle).
Vous découvrirez, entre autres, les gravures qu’il a réalisées en cachette durant la Seconde Guerre mondiale, afin de témoigner et résister par l’image.

Né en 1903 à Winterthur, dans le canton de Zurich, Robert Wehrlin y décède en 1964.
Étudiant en droit outre-Rhin, sa rencontre avec le peintre expressionniste allemand Ernst Ludwig Kirchner sera déterminante. Après ses études, c’est donc vers la peinture qu’il se tournera.
En 1924, il s’installe à Paris et devient l’élève d’André Lhote. Il fréquente différents mouvements artistiques mais ses premières influences expressionnistes le marquent à jamais.
En 1925, il rencontre Germanie Dupuis, sa future épouse, qui deviendra aussi son modèle.
En 1928, sa rencontre avec Jacques Villon lui permettra de perfectionner sa pratique de la gravure. À partir de 1943, il s’oriente progressivement vers l’abstraction. Durant les 20 dernières années de sa vie, il réalise de nombreuses oeuvres monumentales en Suisse.
Artiste prolifique qui se méfiait du marché de l’art, Robert Wehrlin a laissé à sa veuve et à son fils des centaines d’oeuvres, éclectiques, pas toujours signées.
L’exposition à l’Orangerie ne saurait être exhaustive du talent de cet artiste.

>> Du mardi au dimanche de 14h à 18h30. Gratuit.

Consultez les retours médias :

  • Le Figaroscope (19 au 25 sept. 2018) : ici

Isabella Gherardi : « Jardins intérieurs »

AFFICHE ISABELLA GHERARDIDu 15 septembre au 2 décembre 2018
Au 1er étage de la Ferme Ornée – Propriété Caillebotte

La photographe expose ses clichés à l’étage de la Ferme Ornée (salle verte), durant toute la durée de l’exposition La beauté des lignes.

Cette artiste italienne travaille depuis près de 20 ans sur le thème des serres et des jardins qu’elle a photographiés à travers le monde. Son travail marie la photo et le dessin, par le biais de collages,
dessins fins ou voiles de couleurs.

>> Aux mêmes horaires de l’exposition La beauté des lignes. Visite incluse dans le tarif d’entrée à la Ferme Ornée.

 Haut de page