Accueil

Non classé

Erik Desmazières – Dans l’atelier

Affiche Erik Desmazieres18 avril au 10 juin
À l’Orangerie

Après des études à Science-Po, Erik Desmazières découvre sa voie et s’initie à la gravure à partir de 1971. Il collabore depuis 40 ans avec un imprimeur parisien, René Tazé, à qui il souhaite rendre hommage.
L’exposition à l’Orangerie donne à voir des dessins, des gravures et des épreuves rehaussées en couleurs représentant les ateliers successifs de ce dernier. On pénètre ainsi dans l’un des rares et derniers ateliers d’imprimeur « en taille-douce » existant encore à Paris et on y découvre cette toute aussi exemplaire et fidèle collaboration entre un artiste et son imprimeur, aujourd’hui associé à deux jeunes collaboratrices, Berengère Lipreau et Domitile Araï.
S’y ajoutent d’autres vues d’ateliers, celui d’Erik Desmazières et aussi d’autres amis artistes.

Elle vient en écho de la publication de l’ouvrage « Dans l’atelier, Erik Desmazières, graveur-René Tazé, imprimeur – une collaboration artistique 1978-2018- aux Éditions 5 Continents.

Erik Desmazières est membre de l’Académie des Beaux-Arts depuis 2008.

>> Ouvert du mardi au dimanche (et jours fériés) de 14h à 18h30. Entrée libre. Catalogue d’exposition en vente à la boutique.

Promenade enchanteresse

lichtkreis_02cSamedi 22 juin 2019
À la Propriété Caillebotte

Le Conservatoire à rayonnement départemental vous invite à une Promenade enchanteresse au sein du parc Caillebotte.

Pour la deuxième année, une déambulation chorégraphique et musicale est proposée aux visiteurs. Jeunes musiciens et danseurs animeront ainsi successivement le parvis de la Maison Caillebotte, le Kiosque ou encore le grand platane au fond du parc, pour ne citer que ces quelques lieux emblématiques.

Cette manifestation fera écho à l’exposition de Charlotte de Maupeou, qui se tiendra à l’Orangerie de la Propriété Caillebotte du 22 juin au 1er septembre.

>> À la Propriété Caillebotte. Gratuit.Durée de la déambulation dans le parc Caillebotte : 1h15.


>> 5 lieux de concert s’animeront simultanément tous les quarts d’heure avec des productions courtes (à partir de 16h). 2 lieux de passage pourront être regardés lors d’un déplacement d’un concert à l’autre.


>> Téléchargez la plaquette en cliquant ici.

Éric Liot

Eric Liot16 février au 31 mars 2019
À l’Orangerie de la Propriété Caillebotte

Né en 1964, Eric Liot est successivement peintre, sculpteur, assembleur et collagiste. Autant de disciplines et techniques de la création qui l’établissent aujourd’hui en artiste accompli. Depuis une vingtaine d’année, l’homme s’est imposé comme un récupérateur d’images. Eric Liot se nourrit d’images et de personnages du quotidien pour fixer nos icônes contemporaines. On y croise indifféremment nos héros préférés, des figures usuelles de la consommation ou encore des personnages de dessins animés, cinéma, ou jeux vidéo. Eric Liot est solidement campé dans la tradition de l’objet trouvé et de l’assemblage. Les collages de Liot sont constitués d’objets trouvés, d’éléments de bandes dessinées, de cartons d’emballages, et d’emprunts à la publicité, l’artiste arrange les différents matériaux de collage et raconte ainsi de nouvelles histoires. Il soustrait les objets à leur fin utilitaire initiale et leur ajoute par là une nouvelle qualité plastique.

Découvrez une interview de l’artiste en cliquant ici.

Ouvert du mardi au dimanche de 14h à 18h30. Gratuit.

Les petits jardiniers

Affiche Les petits jardiniersPour la première fois, la Propriété Caillebotte propose aux enfants d’aider les jardiniers qui prennent soin du parc au quotidien, dans leur travail de plantation de bulbes de fleurs dans les massifs. Cette activité éducative permettra aux enfants d’observer l’évolution de leur plantation toute l’année dans le parc et de les sensibiliser à la protection de leur environnement.Rendez-vous les mercredis 14 et 21 novembre.

>> Pour les enfants accompagnés. Sur réservation (01 80 37 20 61) et dans la limite des places disponibles. Plus d’informations, sur les horaires notamment, bientôt en ligne.

La Beauté des Lignes

Walker Evans (1903-1975, États-Unis) Ossining (People in Summer, NY State Town), 1931 © Walker Evans Archive, The Metropolitan Museum of Art

- DERNIERS JOURS ! -

Exposition de photographies
Du 15 septembre au 2 décembre 2018
À la Ferme Ornée  – Propriété Caillebotte

Après les peintures et sculptures de La porte des rêves, un regard symboliste, c’est une exposition de photographies qui s’installe à la Ferme Ornée.
Des clichés issus de la prestigieuse collection de Sondra Gilman et Celso Gonzalez-Falla. Ce couple New Yorkais collectionne près de 9000 tirages des plus grands photographes des XXe et XXIe siècles. 123 d’entre eux seront exposés à la Ferme Ornée.

Une collection unique
Le couple Gilman – Gonzalez-Falla, Américains amoureux de la France, a commencé à acquérir des photographies dans les années 70. À cette époque, le couple découvre les clichés de Eugène Atget, photographe français : une révélation, qui les pousse à constituer une collection unique au monde, en achetant par goût, sans se soucier de la cote du photographe. Une démarche qui permet de retracer l’histoire de la photographie et de jauger de l’importance de la force des images selon leurs époques.

La ligne comme élément clé
La ligne constitue la base de la composition photographique. Le plus souvent, face à la photographie, le spectateur observe tout d’abord le monde qui lui est donné à voir. Il scrute le visage ou le paysage et s’émerveille des détails, jusqu’à parfois oublier qu’il se trouve
face à une feuille de papier, aussi plate qu’une page de livre : il risque de ne pas voir les lignes – droites, courbes, obliques – qui constituent pourtant la base de la composition photographique.
Confronté aux oeuvres qui sont exposées cet automne à la Ferme Ornée, le visiteur est invité à expérimenter la puissance de la ligne photographique.

Une exposition en trois temps
Droites, courbes, abstractions : l’exposition est divisée en plusieurs sections autour du thème des lignes. Au cours de l’histoire, les photographes n’ont en effet cessé d’osciller entre deux tendances : l’illusion de la réalité et la mise en valeur des qualités plastiques de l’image. Qu’il s’agisse de “lignes instantanées”, selon l’expression d’Henri Cartier-Bresson, de lignes rationnelles inspirées des New Topographics ou de la diversité des lignes courbes du corps humain, le tracé structure et parfois réinvente le réel, jusqu’à l’abstraction.
En confrontant des oeuvres d’artistes tels que Stéphane Couturier, Hiroshi Sugimoto, Lewis Baltz et Robert Adams, la première section de l’exposition attire le regard sur l’importance des lignes de force de l’image et du sentiment qui se dégage lorsque celles-ci sont strictement parallèles ou, au contraire, en apparence du moins, plus spontanées.
Les oeuvres d’Edward Weston, de Bill Brandt, d’André Kertész, de Robert Mapplethorpe, de Leon Levinstein et de Berenice Abbott, montrent que la ligne courbe dessine tous les corps, masculins et féminins, photographiés dans leur entier ou en détail.
Enfin, la dernière section de l’exposition réunit des photographies d’Aaron Siskind, de Minor White, de Ray K. Metzker et d’Harry Callahan, dont la référence au réel se perd, laissant d’abord voir les lignes d’abstraction de l’image.

>> À la Ferme Ornée, du mardi au dimanche et jours fériés de 14h à 18h30. Tarifs : 8 € (3 € pour les Yerrois). Billet couplé Ferme Ornée et Maison Caillebotte : 10 € (5 € pour les Yerrois). Gratuit pour les moins de 16 ans et personnes handicapées.

>> Téléchargez le dossier de presse en cliquant ici

>> Consultez les retours médias :

  • L’Oeil de la photographie (septembre 2018) : ici
  • La semaine de l’Ile de France (4 septembre 2018) : ici
  • PhotoTrend (14 septembre 2018) : ici
  • Madame Figaro (14/15 septembre 2018) : ici
  • L’Humanité (18 septembre 2018) : ici
  • Le Figaro Culture (14 octobre 2018) : ici
  • Connaissance des Arts (30 octobre 2018) : ici
  • La Vie (3 octobre 2018) : ici
  • Le blog Litteraemeae (22 octobre 2018) : ici
  • Miroir de l’Art (n°95 – 2018) : ici
  • Le blog smArty (1er novembre 2018) : ici
  • Chronique du vendredi 16 novembre 2018 de Guy Boyer sur Radio Classique : ici

Cig Harvey_The Pale Yellow Cadillac, Sadie, Portland, Maine, 2010 © Cig Harvey

Isabella Gherardi : « Jardins intérieurs »

AFFICHE ISABELLA GHERARDIDu 15 septembre au 2 décembre 2018
Au 1er étage de la Ferme Ornée – Propriété Caillebotte

La photographe expose ses clichés à l’étage de la Ferme Ornée (salle verte), durant toute la durée de l’exposition La beauté des lignes.

Cette artiste italienne travaille depuis près de 20 ans sur le thème des serres et des jardins qu’elle a photographiés à travers le monde. Son travail marie la photo et le dessin, par le biais de collages,
dessins fins ou voiles de couleurs.

>> Aux mêmes horaires de l’exposition La beauté des lignes. Visite incluse dans le tarif d’entrée à la Ferme Ornée.

Virginio Vona

virginio-vona10 novembre – 11 décembre 2016

Orangerie – Propriété Caillebotte

Artiste yerrois, Virginio Vona est très tôt passionné par le dessin. Il entreprend des études de graphisme en publicité. Il intègre l’école de bande dessinée Comics International à Rome où il développe la technique de trompe l’oeil.

En 2000, il ajoute à son activité artistique la peinture et le dessin ; il s’essaye à l’illustration, dans le domaine de l’architecture. Néanmoins, sa passion restant le graphisme, il crée le personnage de « Fenice » puis continue à peindre.

Ses tableaux aux allures futuristes, pré-apocalyptiques, sombres et à l’atmosphère pesante se fondent dans la vitesse du temps et de l’esprit.

>> À l’Orangerie de la Propriété Caillebotte, 8 rue de Concy. Du mardi au vendredi de 13h30 à 17h30 ; week-end et jour férié de 10h à 12h et de 13h30 à 17h30.

Enregistrer

Enregistrer

4ème édition de la Biennale de sculpture

Du 9 avril au 10 juillet 2016 – Ferme Ornée, Orangerie et parc

Thème : le corps de la sculpture

Les heures tombent , 2015, 7 figures, chêne, ensemble traité, huile de lin sous vide “Prolin”,  620x300x200 cm

Les heures tombent , 2015, 7 figures, chêne, ensemble traité, huile de lin sous vide “Prolin”, 620x300x200 cm.

Manifestation réputée, la 4e Biennale de sculpture qui fait suite aux éditions 2007, 2009 et 2011, s’est déployée dans le parc, l’Orangerie et la Ferme Ornée.
Le thème retenu est fédérateur : le corps de la sculpture. Il a permis de présenter des expressions très diverses de l’Art Contemporain autour d’un sujet familier, le corps humain mais aussi animal, et dont la représentation artistique constitue un défi qu’il soit figuratif, allusif, voire abstrait.

Montauban 1870 , grand guerrier avec jambes

« Grand guerrier », Antoine Bourdelle, bronze, 1898-1900, 211x160x59 cm. Musée Bourdelle, Paris. Crédit photo : Eric Emo / Musée Bourdelle / Roger-Viollet.

Pour ce faire, une trentaine d’artistes des plus célèbres à la jeune génération pleine de talents ont livré leur interprétation du corps, dont la déclinaison n’a de limite que l’imagination. Une nécessaire sélection a été faite par Paul-Louis Rinuy, commissaire de l’exposition et professeur d’histoire et de théorie de l’art contemporain à Paris VIII.

Les artistes présents à la 4e Biennale de sculpture : Cyrille André, Nour Asalia, Antoine Bourdelle, Agnès Bracquemond, Constantin Brancusi, Damien Cabanes, Jean-Jules Chasse-Pot, Pascal Convert, Parvine Curie, Eugène Dodeigne, Jean Dubuffet, Lea Dumayet, Alberto Giacometti, Françoise Giannesini, Daniel Hourdé, Alain Kirili, Léa Klein, Christian Lapie, Marie-Noëlle de la Poype, Ana Maria Lozano Rivera, Markus Lüpertz, Denis Monfleur, Kasia Ozga, Giuseppe Penone, Jaume Plensa, Florence de Ponthaud, Germaine Richier, Auguste Rodin, Emmanuel Saulnier, Alain Séchas, Stéphane Vigny, Mâkhi Xenakis et Ossip Zadkine.

Autour de la Biennale

Symposium

En marge de cette exposition, la Ville de Yerres a mis en place une manifestation originale : une performance sur bois qui s’est déroulée du samedi 28 mai au 11 juin.
Durant ces deux semaines, quatre artistes préalablement retenus par un jury ont réalisé en direct place piétonne, une création (sculpture monumen­tale crée à partir d’une bille de bois) autour du thème de la 4e Biennale : « Le corps de la sculpture ». Ces œuvres seront ensuite exposées en ville de septembre 2016 à septembre 2018.

Prix-symposium

Remise du prix du public et du prix du jury le samedi 11 juin

À l’issue du symposium, deux prix ont été attribués :

  • un prix du jury : Raffo (Rafail Georgiev) pour  » Internal Movement  » (en photo ci-contre)
  • un prix du public : Hugues Grammont pour son oeuvre  » La danseuse « 

 

Pour en savoir plus, consultez le :

- Dossier de presse Biennale 2016
-
Discours de Paul-Louis Rinuy, commissaire de la Biennale (le 9 avril)
-
Le film consacré à la 4e Biennale de sculpture
-
L’actualité des sculpteurs

Pour tout connaître des retours médias (presse – radio – TV – Internet), rendez-vous dans la rubrique Espace Presse

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Salon International du Pastel

affiche-salon-du-pastel5 novembre – 11 décembre 2016
La Ferme Ornée – Propriété Caillebotte

Cette 5e édition du Salon International du Pastel ouvre ses portes à la Modern Pastel Society of Japan. Sept artistes japonais exposeront chacun trois œuvres aux côtés de maîtres pastellistes français.

La technique du pastel est apparentée à la fois au dessin et à la peinture. Le pastelliste applique des bâtonnets de pastel sur un support (papier, carton, velours, toile, bois…). Friables, ceux-ci laissent des pigments sur le support, en s’accrochant à ses pores. L’instabilité du pastel permet au pastelliste d’étaler des pigments sur le support afin de mélanger les couleurs ou de créer des effets de fondus.

Les précédentes expositions yerroises ont révélé un travail minutieux, des reproductions fidèles au point de se confondre avec une photographie, et une maîtrise de leur art par les Maîtres pastellistes.

Stage de pastel
À cette occasion, un stage est organisé du jeudi 24 au dimanche 27 novembre, avec possibilité de s’inscrire pour 1, 2, 3 ou 4 journées.
Deux maîtres pastellistes dispenseront leurs conseils : Lionel Asselineau (thème animalier) et Chris (paysage, nature morte et fleurs). Renseignements et inscriptions auprès de la Société des Pastellistes de France : pastellistesdefrance@sfr.fr

Conférence sur le thème « La route de l’or bleu »
Une conférence sera proposée sur le thème « La route de l’or bleu », animée par Daniel Bernard et François Blanchard. Plus d’informations ici.
Conférence le samedi 26 novembre à 16h en salle de conférences du CEC, 2 rue Marc Sangnier. Entrée libre.

>> Salon International du Pastel : ouvert du mardi au vendredi de 14h à 18h, le week-end et jours fériés de 10h à 12h et de 14h à 18h.

Hoi-An-par-Alain-Lallement

« Hoi An » par Alain Lallement

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Marie-Thérèse Lanoa

Affiche MT LanoaHymne à la rivière
10 septembre – 6 novembre 2016
À l’Orangerie de la Propriété Caillebotte

La rivière est mise à l’honneur dans l’exposition consacrée à l’oeuvre peinte de Marie-Thérèse Lanoa (1887-1967).
Cette artiste nous offre la représentation de son univers dans une maison à Crosne où elle vécut pendant cinquante ans, maison proche de la rivière l’Yerres qui coule aussi le long de la Propriété Caillebotte. Elle y peint les scènes quotidiennes d’une famille aux nombreux enfants et petits-enfants.
Dès son enfance, l’artiste fréquente le Musée du Louvre, fait les Beaux-Arts et entre à l’Académie Laurens. Elle expose dès 1909 aux salons d’Automne et des Indépendants.
En 1911, elle s’installe à Crosne sur les bords de l’Yerres, commence à peindre les sujets d’extérieur et en 1919 reprend ses expositions dans les salons nationaux.
Elle quitte Crosne en 1961 pour s’installer en bord de Seine. Sa vie s’arrête brutalement en 1968.
 Durant sa carrière, Marie-Thérèse Lanoa réalise plus de 650 toiles, aquarelles, gouaches et dessins.

>> Exposition à l’Orangerie de la Propriété Caillebotte, 8 rue de Concy, du samedi 10 septembre au dimanche 6 novembre 2016. Ouvert du mardi au vendredi de 14h à 18h ; le week-end et jours fériés de 10h à 12h et de 14h à 18h.

Lanoa

Claude lisant dans le salon. Musée des Beaux-Arts, ville de Bernay, 1922, huile sur toile, 69 x 60 cm.

Bio

Marie-Thérèse Lanoa naît en 1887.
Dès l’enfance, elle fréquente le Musée du Louvre, fait les Beaux-Arts et entre à l’Académie Laurens.
Elle se marie à 21 ans avec Pierre-André Favre dont elle aura trois filles : Claude, Gisèle et Anne. Elle expose dès 1909 aux salons d’Automne et des Indépendants.
Dès 1911, elle s’installe dans la maison à Crosne sur les bords de l’Yerres, commence à peindre les sujets d’extérieur et, en 1919, reprend ses expositions dans les salons nationaux.
Pendant les années de guerre, elle s’éloigne de Crosne mais poursuit assidûment son travail personnel, sujets et objets de la nature, portraits familiaux et scènes de genre.
 Parallèlement à son besoin journalier de peindre, elle dut se consacrer à certaines périodes à une activité rémunérée et travailla dans la couture avec son mari Pierre-André Fabre, réalisant des modèles pour Madeleine Vionnet, Hermès ou Schiaparelli ainsi que la création de l’Atelier des 4 Potiers.
1961 est l’année de la vente de la maison de Crosne et l’installation des époux à Boulogne, devant la Seine qui deviendra une thématique constante dans son oeuvre.

Enregistrer

Enregistrer

 Haut de page